Copyright © Daniela Lorini All rights reserved

Statement

Je suis née à La Paz, capitale acrobate perchée à près de 4000 mètres d’altitude sur un versant de l’altiplano bolivien là où, en plein cœur des Andes, la cordillère entame une plongée subite vers les plaines de l’Amazonie. C’est un lieu minéral où la végétation racornie s’extirpe tant bien que mal de la roche et arrache obstinément sa vie à un sol d’argile desséché par le soleil sous le regard impassible des imposants glaciers qui en ont la garde : l’Illimani, le Mururata, le Huayna Potosi. C’est aussi, paradoxalement un creuset fertile de traditions, de rituels et de fêtes lors desquelles on fait offrande à la Pachamama et on accomplit la Ch’alla pour bénir voitures, habitations et commerces tous les ans pour carnaval. C’est autant ce syncrétisme que la splendeur de la nature qui inspirent aujourd’hui ma démarche artistique.

C’est ainsi que mon travail s’intéresse aux rapports de l’homme à la nature, aux interactions entre humains et non-humains et à la question de partage du territoire qui en découle. Bien souvent fruit de collaborations interdisciplinaires, mes œuvres invitent à remettre en cause notre paradigme anthropocentrique pour percevoir différemment le monde qui nous entoure,  repenser notre relation au vivant et redevenir capable d’accorder de l’importance à ce qui passe pour anodin.   

Architecte de formation, j’aime composer avec les espaces, les dimensions et la lumière. Je les mets en scène dans des installations à grande échelle qui visent à produire un fort impact visuel. Parallèlement, j’accorde, dans mes œuvres, une grande part au son, ce qui permet, en sollicitant l’ouïe, d’entrer dans une dimension plus immédiate et sensorielle et de se distancier de l’approche principalement analytique et réfléchie du regard. J’y mélange volontiers technologie et matériaux naturels ou recyclés. Curieuse du rapport au temps de la nature, je soumets couramment ces matériaux à des processus biologiques et chimiques d’altération et de décomposition pour en faire ressortir des textures visuelles ou sonores témoignant de ce renouvellement perpétuel de la vie.