Copyright © Daniela Lorini All rights reserved

Tan lejos del sentido

TYPEInstallation visuelle
ANNÉE2016
LIEU D'EXPOSITIONCentre culturel Simon I Patiño
Santa Cruz de la Sierra, Bolivia

L’extinction des espèces provoquée par l’homme remonte à bien avant notre domination technologique et démographique sur la terre. On peut ainsi retracer le rôle joué par les chasseurs cueilleurs dans la disparition des espèces à 10 000 ans voir 50 000 avant notre ère. (Nature’s Place. Population humaine et le futur de la diversité biologique.) Le concept de cette oeuvre s’appuie sur les différentes recherches faites sur la perte de biodiversité et la disparition des espèces sur notre planète. Ces études nous montrent en effet que depuis le commencement de la vie sur terre, les espèces ont suivi une évolution graduelle et équilibrée. Beaucoup d’entre elles n’ont d’ailleurs pas survécu à certains changements survenus sur terre comme les différentes ères glacières et les réchauffements climatiques.

Beaucoup de scientifiques identifient ces phénomènes comme les causes de certaines extinctions animales. Cependant il est aussi démontré que la disparition de milliers d’espèces n’est pas seulement due à ces changements naturels mais aussi en grande partie à la chasse intensive menée par l’homme. Cette oeuvre est composée de 45 pièces de bois recyclé. Ceux-ci sont disposés à la manière d’une frise horizontale qui relate l’évolution de la biodiversité sur la terre de son origine jusqu’ à nos jours. Cette évolution est représentée à l’aide d’une technique de gravure et pyrogravure en négatif d’un côté et en positif du côté opposé. Les pièces de bois peuvent être disposées de différentes manières suggérant ainsi les changements qu’a endurés notre planète.