Copyright © Daniela Lorini All rights reserved

La Danza del bosque

TYPEInstallation visuelle
500 rubans de bois - 800 x 200 cm
ANNÉE2016
LIEU D'EXPOSITIONCentre Culturel Simon I Patiño
Santa Cruz de la Sierra, Bolivia

Tel un ballet, cette danse harmonieuse des arbres qui composent la forêt est un hommage à ces êtres végétaux majestueux et impavides auxquels, selon Baudelaire, l’homme prête volontiers ses passions, ses désirs et sa mélancolie. Les rubans de bois qui composent l’installation émulent ces individus qui, à peine sortis de terre, partent à la conquête des hauteurs dans leur recherche de lumière et émergent triomphant des ténèbres de l’inframonde. La luminosité de l’oeuvre renvoie à cette victoire de la lumière sur les ténèbres qui a fait de l’arbre un modèle de perfection et d’harmonie. Par leur immobilité ils ont su défier le temps et le maitriser. Porteurs du message de la nature ils sont le refuge et l’habitat d’une multitude d’espèces d’insectes, de plantes et d’animaux. Véritables alchimistes, ils sont capables de tempérer les climats et de faire pleuvoir. Ils suscitent sagesse, paix et spiritualité, incarnent la grandeur, la vie et la connaissance et sont dès lors pour Jung un moyen d’exprimer l’inexprimable. La Danse de la forêt n’est autre qu’une célébration joyeuse de ces être complexes, énigmatiques, à la fois familiers et de la forte connexion qui nous unit à eux. Cette même connexion qui faisait dire à Victor Hugo “Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!”.